Les meilleurs biopics musicaux à voir en boucle (partie 4)

0
121

Bob Dylan, N.W.A, James Brown, The Beach Boys, The Beatles ou encore Barbara… Nombreux sont les artistes et groupes à avoir inspiré les réalisateurs et producteurs de films. Que ce soit pour leur vie personnelle, les épreuves qu’ils ont dû surmonter ou simplement pour leur talent, ces longs-métrages offrent une nouvelle vision de ces virtuoses de la musique.

Les meilleurs biopics musicaux partie 4: affiches
N.W.A, Barbara, James Brown, Bob Dylan, The Beach Boys ou encore The Beatles… Découvrez des artistes qui ont marqué leur génération à travers cette sélection des meilleurs biopics musicaux.

Nous avions évoqué dans la sélection des meilleurs biopics musicaux (partie 1) les artistes de renom que sont Elvis, Gainsbourg, ou encore Céline Dion, mais aussi Ray Charles, Dalida et Claude François dans la partie 2 des meilleurs biopics musicaux, ainsi qu’Édith Piaf, Beethoven et Johnny Cash dans le troisième volet des meilleurs biopics musicaux. Dans ce quatrième chapitre, découvrez six des meilleurs biopics musicaux à voir en boucle sur votre téléviseur, ou mieux encore sur très grand écran avec un vidéoprojecteur associé à un lecteur Blu-ray HD ou un lecteur réseau AV.

I’m Not There, de Todd Haynes (2007)

Les meilleurs biopics musicaux : affiche I'm Not There
Sorti en 2007, I’m Not There de Todd Haynes est un biopic atypique sur la vie de Bob Dylan.

Sorti en 2007, I’m Not There est un biopic quelque peu atypique inspiré de la vie et de la musique du légendaire Bob Dylan. Pour ce film, le réalisateur Todd Haynes a utilisé des techniques narratives non conventionnelles et a choisi de faire appel à plusieurs acteurs pour incarner les différents personnages du chanteur-compositeur : poète, prophète, hors-la-loi, imposteur, comédien, martyr…

I’m Not There raconte l’histoire du jeune guitariste « Guthrie » (Marcus Carl Franklin) qui voyage sur les chemins de fer, puis d’un homme nommé Jack (Christian Bale) qui apparaît dans le Greenwich Village de New York, suivi de Robbie (Heath Ledger), Jude (Cate Blanchett) et d’autres personnalités. Au début du film, on peut lire dans une légende que I’m Not There est « inspiré par la musique et les nombreuses vies de Bob Dylan ». C’est la seule mention au musicien dans le film, en dehors d’une séquence de concert de 1966 que l’on peut voir dans les derniers instants du long-métrage.

I'm Not There Cate Blanchett
Cate Blanchett a recueilli des éloges pour son interprétation de la période androgyne de Dylan, remportant le Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle.

La nature caméléonesque de Bob Dylan est présentée avec brio par les différents acteurs, notamment par Cate Blanchett. En effet, sa prestation très habitée de l’androgyne Jude Quinn lui a permis de remporter la Coupe Volpi au Festival du film de Venise, le Golden Globe Award de la meilleure actrice dans un second rôle, ainsi qu’une nomination aux Oscars dans la même catégorie. 

Avec le biopic I’m Not There, on redécouvre également avec plaisir la musique du grand Bob Dylan, à travers des chansons interprétées par les acteurs devant la caméra et utilisées en arrière-plan pour accompagner l’action. Ce long-métrage propose alors une expérience cinématographique et musicale inédite, illustrant les multiples facettes de l’artiste brillant et le personnage inclassable qu’est Bob Dylan.

AlloCiné : 3,1/5 
IMDb : 6,8/10 
Télérama : 4/5

Disponible en DVD et Blu-ray, sur Canal VOD et UniversCiné
Image : HD, 16/9 Anamorphique, format cinéma 2.35
Audio : Dolby Digital (français et anglais)

N.W.A: Straight Outta Compton, de Gary Gray (2015)

Les meilleurs biopics musicaux : NWA Straight Outta Compton affiche
Le film Straight Outta Compton de Gary Gray raconte le parcours du groupe de rap N.W.A. composé de DJ Yella, Dr. Dre, Eazy-E, Ice Cube et MC Ren. 

Tirant son nom de l’album Straight Outta Compton sorti en 1988, ce long-métrage signé Gary Gray est un biopic sur le parcours de N.W.A, l’un des groupes les plus influents de l’histoire du hip-hop et du rap américain.

Le film se déroule à Compton, un ghetto de Los Angeles devenu un symbole de détresse à cause des gangs de rue, des trafiquants de drogue et de la brutalité policière. En 1986, Eazy-E (Jason Mitchell) échappe de justesse à la police chez un dealer. Pendant ce temps, Ice Cube (interprété par O’Shea Jackson Jr., le fils de Ice Cube) est un lycéen qui rêve de devenir rappeur. Intrigué par les textes de Cube, Dr. Dre (Corey Hawkins) convainc Eazy de financer une nouvelle maison de disques dont Dre sera le producteur. Lorsque leur chanson Boyz-n-the-Hood est rejetée par un groupe new-yorkais, Dre demande à Eazy de l’interpréter. La chanson devient un hit, et Eazy, Cube, Dre, DJ Yella (Neil Brown Jr.) et MC Ren (Aldis Hodge) décident de former le groupe N.W.A pour dénoncer la réalité de leur quartier.

Biopic NWA Straight Outta Compton : acteurs
Le biopic N.W.A: Straight Outta Compton montre comment cinq jeunes hommes ont dénoncé les conditions de vie à Compton à travers la musique, tout en forgeant un nouveau genre : le gangsta rap.

Le 27 août 2015, N.W.A: Straight Outta Compton est devenu le biopic musical le plus rentable de tous les temps aux États-Unis, jusqu’à ce qu’il soit dépassé en 2018 par Bohemian Rhapsody. Il a été salué pour son portrait divertissant mais honnête du groupe et pour l’excellente interprétation des acteurs. En tant que producteur du film, Dr. Dre a enregistré un album inspiré par ce dernier. “Pendant le tournage de Straight Outta Compton, je me suis retrouvé en studio et j’ai été tellement inspiré par le film que j’ai commencé à enregistrer un album”.

Le biopic N.W.A: Straight Outta Compton est dominé par des oppositions : lutte et triomphe, division et conquête, groupe et individu. Il raconte non seulement l’histoire de ces cinq rebelles, armés de leurs paroles et de leur talent brut, mais aussi celle du genre Gangsta rap, de sa naissance jusqu’à son âge d’or. Un long-métrage indispensable pour tous les fans du genre.

AlloCiné : 4.2/5 
IMDb : 7.8/10
SensCritique : 6.9/10

Disponible en Blu-ray 4K, Blu-ray et DVD, sur Netflix, Prime Video, Canal VOD et UniversCiné
Image : 4K, 16/9 Anamorphique, format cinéma 2.4
Audio : DTS HD 5.1 Surround (français)

Sélection disques hip-hop Son-Vidéo.com

Get on Up, de Tate Taylor (2014)

Les meilleurs biopics musicaux : affiche Get On Up
Sorti en 2014, le film Get on Up de Tate Taylor est un biopic musical sur le Parrain de la Soul, James Brown.

Réalisé par Tate Taylor (La Couleur des sentiments) et sorti en 2014, Get on Up est un biopic sur le parcours du chanteur James Brown. Tout comme I’m Not There de Todd Haynes, ce film étonne dans sa construction. En effet, la structure non-linéaire suit les pensées de Brown, qui se souvient des événements de sa vie à travers des flashbacks. Intriguant, ce style de narration fait voyager les spectateurs à travers les époques pour montrer les différents côtés du “Parrain de la Soul”. 

Get on Up raconte la vie de James Brown, de sa jeunesse traumatisante à sa gloire en passant par ses aspects plus sombres. Brown naît dans la Caroline du Sud en 1933. Il survit à la précarité, à l’abandon, à la violence et à la prison pour rejoindre un groupe de gospel pendant son adolescence. Toutefois, c’est la scène du jazz et du blues qui le catapulte vers la gloire, lui permettant de devenir l’un des musiciens les plus influents du XXe siècle.

Chadwick Boseman dans Get On Up
L’acteur Chadwick Boseman a dû passer par des mois d’entraînement et de répétitions pour endosser le rôle du chanteur James Brown.

Chadwick Boseman est inoubliable dans le rôle de James Brown et offre un hommage spectaculaire à l’artiste. Pour ce long-métrage, l’acteur interprète plusieurs titres et joue toutes les scènes de danse lui-même, travaillant avec un chorégraphe pendant cinq à huit heures par jour. Par ailleurs, il applique les conseils de Mick Jagger, membre des Rolling Stones et producteur du film, lorsqu’il interagit avec le public sur scène.

Avec des reconstitutions de concerts historiques ainsi que des interprétations inédites des chansons de Brown, le biopic Get on Up nous offre l’occasion de redécouvrir la musique de “Mr. Dynamite”.

AlloCiné : 3.5/5 
IMDb : 6.9/10
SensCritique : 6.2/10

Disponible en Blu-ray et DVD, sur Apple TV, YouTube, Canal VOD et UniversCiné
Image : HD, 16/9 Anamorphique, format cinéma 1.85
Audio : Dolby Digital 5.1 (anglais et français)

Sélection disques soul Son-Vidéo.com

Love & Mercy, de Bill Pohlad (2014)

Les meilleurs biopics musicaux : affiche Love & Mercy
Réalisé par Bill Pohlad, le biopic Love & Mercy revient sur l’histoire de Brian Wilson, fondateur du célèbre groupe The Beach Boys.

Derrière les hits des Beach Boys, il y a Brian Wilson. Cet homme extrêmement talentueux a malheureusement vécu une enfance traumatisante et souffre de troubles mentaux. À travers ce biopic sorti en 2015, Bill Pohlad a souhaité mettre en avant la véritable histoire de Brian Wilson. 

Qui n’a jamais entendu parler des Beach Boys ou n’a fredonné quelques notes de Wouldn’t It Be Nice ou I Get Around ? Formé par trois frères, leur cousin et un ami, le boys band est porté par Brian Wilson qui est l’auteur, le compositeur et l’interprète principal. Le biopic Love & Mercy revient sur deux périodes importantes qui ont marqué sa vie : le début de ses troubles psychologiques et lorsqu’il en est sorti. On y apprend des faits marquants de son enfance, on découvre son génie musical, les épreuves qu’il a dû surmonter et sa fameuse histoire d’amour avec Mélinda, qui le sauvera.

Love & Mercy : the Beach Boys with a surfboard
Love & Mercy évoque aussi bien la maladie, la maltraitance et les dangers de la notoriété que le génie musical de Brian Wilson.

Le film passe habilement d’une période à une autre avec des flashbacks bien articulés et faciles à comprendre. L’artiste est interprété par deux acteurs : John Cusack lors de sa période plus sombre et Paul Dano pendant sa jeunesse. Ce dernier sera par ailleurs récompensé lors des Gotham Awards 2015 dans la catégorie du “meilleur acteur”.

Bien entendu, les hits des Beach Boys sont repris tout au long du biopic. On en apprend davantage sur le processus de création des musiques au sein du studio d’enregistrement, mais aussi sur le perfectionnisme de Brian Wilson. Le long métrage aborde de nombreux thèmes comme la maltraitance, l’exploitation des artistes ou encore les dangers de la notoriété.

Parmi les meilleurs documentaires musicaux à voir en boucle, nous aurions pu ajouter Brian Wilson: Long Promised Road (2021) qui relate également la personnalité complexe et le parcours unique du chanteur.

AlloCiné : 3,9/5
IMDb : 7,4/10

Disponible en Blu-ray et sur Apple TV et Canal VOD
Image : HD, 16/9, format cinéma 1.85
Son : DTS-HD 7.1 (Français)

Quatre garçons dans le vent, de Richard Lester (1964)

Les meilleurs biopics musicaux : affiche Quatre garçons dans le vent
Quatre garçons dans le vent ou A Hard Day’s Night suit les Beatles pendant trois jours en pleine Beatlemania à Londres.

Nombreux sont les films et biopics au sujet des Beatles. Nous avions déjà parlé du film Nowhere Boy lors de la deuxième partie des meilleurs biopics à voir en boucle et du récent documentaire The Beatles: Get Back parmi les meilleurs documentaires musicaux à voir en boucle (partie 1).

Aussi intitulé comme le troisième album des Beatles, A Hard Day’s Night, le biopic Quatre garçons dans le vent (titre français) est classé parmi les 100 meilleurs films de tous les temps par le Time Magazine. Réalisé par Richard Lester, ce long métrage suit le groupe légendaire lors de l’apogée de la Beatlemania en Angleterre. On découvre alors les différents obstacles qu’ils doivent affronter : fans hystériques, manager hyper-anxieux, le grand-père de Paul qui sème la discorde, etc.

Quatre garçons dans le vent : Paul McCartney et son grand-père
Lors de cette aventure de 3 jours, les Beatles sont accompagnés du grand-père de Paul (Wilfrid Brambell) qui a tendance à créer la discorde.

Cette comédie, diffusée en 1964, a grandement contribué à l’avènement du clip musical.  Entre humour, complicité, talent et passion, John Lennon, Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr dévoilent un long-métrage sur leur quotidien, leur joie de vivre, mais aussi leurs obligations en tant qu’artistes. Pour la bande son du film, le groupe a dû créer des chansons sur-mesures. On retrouve notamment les fameux morceaux “A Hard Day’s Night” et “Ringo’s Theme”.

AlloCiné : 3,5/5
SensCritique 6,5/10

Disponible en Blu-ray et DVD (version remasterisée de 2014) ou sur Molotov
Image : noir et blanc, HD, format cinéma 1.75
Audio : DTS-HD 5.1 anglais et français

Barbara, de Mathieu Amalric (2017)

Les meilleurs biopics musicaux : affiche Barbara
Comme une mise en abyme, Barbara suit une actrice qui va jouer le rôle de la chanteuse.

Sorti en 2017, le long-métrage Barbara met en avant les talents de la chanteuse éponyme avec une mise en scène étonnante, originale et brillante. La célèbre interprète de « L’Aigle noir » est découverte à travers les yeux d’une actrice, Brigitte, jouée par Jeanne Balibar. Cette dernière est chargée d’interpréter le rôle de Barbara pour le film du réalisateur Yves Zand. Pour ce faire, elle étudie son caractère, ses gestes, ses intonations, sa posture… Si bien qu’elle fusionne avec son personnage au point de troubler le réalisateur.

Barbara : Jeanne Balibar et Mathieu Amalric
Brigitte, interprétée par Jeanne Balibar, prépare son rôle de Barbara sous le regard du réalisateur Yves Zand, joué par le véritable réalisateur du film : Mathieu Amalric.

Le film est ponctué des chansons de la Dame en noir qui emportent le spectateur dans son univers. Un grand succès, couronné de plusieurs prix, dont le César de la meilleure actrice pour Jeanne Balibar et celui du meilleur son pour Olivier Mauvezin, Nicolas Moreau et Stéphane Thiébaut.

SensCritique : 6,3/10
IMDb : 6/10

Disponible en Blu-ray, sur Canal VOD, Prime Video et Apple TV
Image : format 16/9 compatible 4/3, format cinéma 1.77, HD
Audio : Français Dolby Digital 2.0 et Dolby Digital 5.1


Article précédentThe Playlist ou l’histoire de la création de Spotify – Netflix
Article suivantSound & Vision Top Pick 2022 : découvrez tous les lauréats
Traductrice et rédactrice avec des goûts très éclectiques en matière de musique et de cinéma. Lorsque je ne suis pas au travail, vous pouvez me retrouver en train de regarder “Lost in Translation” de Sofia Coppola pour la centième fois, ou d’écouter un disque de David Bowie, Kate Bush, Joy Division ou Daft Punk sur ma platine Rega Planar 1. Étant d’origine britannique, je suis également adepte de séries à l’humour absurde comme Monty Python’s Flying Circus et The Mighty Boosh !

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.